Fiche – Amoureux

Fiche – Amoureux

Il étreint le monde : en mission, il touche par sa bonté, sa douceur et sa bienveillance. Saisi par l’amour de Dieu, il cherche surtout à transmettre la miséricorde et la compassion.

Des exemples dans la Bible

  • C’est l’attitude de Dieu au jardin d’Éden lorsqu’il fait délicatement entendre son pas avant d’appeler Adam avec une infinie tendresse : « Où es-tu ? » (Genèse 3, 9),
  • C’est la miséricorde de Jésus auprès de Marie-Madeleine (Luc 7, 47) ou de la femme adultère (Jean 8, 11),
  • C’est l’attitude de Jésus dans la parabole du bon pasteur (Jean 10) ou lorsqu’il est pris de pitié pour Jérusalem (Luc 13),
  • Plusieurs paraboles en font écho : la brebis perdue, la drachme perdue, l’enfant prodigue (Luc 15) et le Bon samaritain (Luc 10).

Verset-clé

  • Philémon1, 4-5 : « J’entends louer ta charité et la foi qui t’anime… Grande joie et consolation m’ont déjà été apportées : par ton amour, frère, tu as réconforté le cœur des saints. »

Des personnalités contemporaines

  • Frère Roger (Taizé), Jean Vanier (l’Arche), le pape François.

ou des saints

  • Saint Jean l’évangéliste, sainte Thérèse de l’Enfant Jésus…

Quelques traits de caractère et éléments de spiritualité

  • L’Amoureux de Dieu a particulièrement goûté la miséricorde de Dieu, il demeure saisi et bouleversé par cet amour,
  • Son attitude est naturellement aimante, il reflète une certaine bonté, il est habité d’une douce joie, la paix émane de lui et de ses paroles,
  • Il est compatissant, sensible à la souffrance des personnes et ressent une grande empathie pour les hommes,
  • Il a un attrait pour la contemplation et l’émerveillement, il se révèle émotif,
  • Il témoigne d’une belle humilité.

Les types de missions particulièrement adaptés :« il étreint le monde »

  • Il visite des pauvres, des malades, des handicapés, des enfants, des marginaux,
  • Il exhorte les assemblées (en particulier les publics éprouvés),
  • Sa prédication est un antidote au militantisme : la relation avec Dieu prime,
  • Il va vers ceux qui souffrent dans les rencontres de rue et dans les visites à domicile,
  • Il participe aux veillées de miséricorde, de réconciliation, de guérison,
  • Il encourage les missionnaires, ceux qui sont éprouvés par la mission ; il stimule et console.

Des points de mise en garde

  • Il peut basculer dans le doucereux, « bisounours », avec parfois trop de « pathos » ou de trémolos. Le style lyrique n’est pas toujours à recommander même s’il est séduisant,
  • Il peut avoir tendance à se focaliser sur une vision idéaliste : « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », « Nous irons tous au paradis »,
  • Il peut manquer de discernement face à des situations concrètes ou complexes, avoir du mal à assumer les conflits ou les réactions vives,
  • Pour ne pas irriter ou blesser, il peut aller jusqu’à masquer (ou omettre) les exigences de la foi et de la morale qui en découle : risque d’atténuation, voire de déformation de la Révélation par empathie,
  • Un risque fréquent : se répéter, dire toujours un peu la même chose.

Quelques suggestions et pistes de progrès

  • Pour que le discours ne décolle pas dans un idéal abstrait, s’appuyer sur son propre témoignage de la miséricorde de Dieu, et rendre concret ce que l’on annonce,
  • Illustrer par des exemples, des petites histoires vraies qui appuient le propos,
  • Après avoir annoncé l’amour infini de Dieu, poursuivre et prêcher aussi le repentir, exhorter à des démarches de pardon, à des actes concrets de conversion,
  • Construire sérieusement les prédications avec du contenu et en s’appuyant sur la Parole.